Les livres roses pour la jeunesse

Les petits livres roses pour la jeunesse publiés par la Librairie Larousse, est une collection de 719 numéros commencée en 1909. Il paraît deux volumes par mois - 1er et 3e samedis -. Chaque livre est illustré « à profusion de charmantes gravures originales » . La publication prend fin en 1939.

Les livres roses pour la jeunesse - Librairie Larousse - Livres d'occasion

Il y a 21 produits.

Affichage 1-21 de 21 article(s)

Filtres actifs

  • Auteurs: Charles Guyon
  • Auteurs: Yvonne Girault
Les exploits d'une petite Roumaine (Charles Guyon) - Les livres roses pour la jeunesse N° 220
  • Nouveau

N° 220 - Les exploits d'une petite Roumaine (Charles Guyon)

3,50 €
12 Gravures Les exploits d'une petite Roumaine Récit de la Guerre des Carpathes Extrait : I - UN VILLAGE ROUMAIN Rien n'est pittoresque comme la haute vallée de l'Oltu (Aluta), à la sortie du défilé de la Tour-Rouge, par lequel la rivière, descendant de Transylvanie, se dirige, au sud, vers le Danube. Les sommets neigeux des monts Suru et Négov dominent, au nord, la vallée étroite et profonde. Au loin s'élèvent, vers l'est, les massifs des monts Gibla et Marcus d'où la vue s'étend sur de nombreux cours d'eau parallèles qui fertilisent les plaines roumaines et scintillent à travers les forêts verdoyantes. Au sud du col, près de la frontière, se cache le petite hameau de C…, enfoncé dans la verdure. Ses maisons, alignées sur la rive gauche de l'Oltu, sont construites en bois et en pisé, avec un long toit de chaume, qui ressemble assez à un bonnet de police belge. Sur le devant de chaque maison s'élève une véranda formée de quelques piliers de bois supportant une toiture de feuillage ou de planches légères. Sur la place du village se trouve un puits avec une longue perche suspendue sur un poteau en forme de balance ; d'un côté, une corde et un seau, de l'autre une énorme pierre qui fait contrepoids. Il y a quelques années, on en voyait encore de semblables en Lorraine et en Alsace…
Aventures de deux Petits Français en Hongrie (Charles Guyon) - Les livres roses pour la jeunesse N° 222
  • Nouveau

N° 222 - Aventures de deux Petits Français en Hongrie (Charles Guyon)

4,95 €
11 Gravures Extrait : A TRAVERS LA PUSZTA - Parmi les Français que leur situation ou leur commerce avaient attirés à Budapest, depuis plusieurs années, avant 1914, se trouvaient deux amis qui avaient su, par leur caractère et leur dignité, mériter l'estime des habitants. C'étaient MM. Pierre D., ingénieur dans une importante industrie de la ville et Jacques L., professeur de langue française. Tous deux étaient mariés. M. Pierre D. avait un fils nommé René, âgé de douze ans, et M Jacques L. un petit garçon de dix ans, appelé Maurice. Ces deux enfants, élevés ensemble, sous la direction du professeur, s'aimaient comme deux frères. Un camarade inséparable partageait leurs jeux, c'était Jean, fils de M. Alexandre B., propriétaire de l'usine à laquelle était attaché M. Pierre D…

N° 165 - Nos frères d'Italie (Charles Guyon)

2,90 €
13 gravures Les Italiens appartiennent, comme les Français, à la race latine. Les Romains, dont ils sont les descendants, ont autrefois dominé le monde, et leur civilisation a eu la plus grande influence sur la Gaule, devenue la France. Les deux langues italienne et française qui sont nées de la langue latine, ont une grande ressemblance. Les Italiens sont nos frères de race et de coeur. L'Italie est située au sud-est de la France ; c'est une longue péninsule que l'on compare souvent à une botte dont le talon est tourné vers la Turquie et la pointe vers la Sicile. C'est un pays d'une grande beauté, rempli de monuments anciens et modernes qui font l'admiration du monde entier.

N° 702 - Deux enfants à Madagascar (Charles Guyon)

8,00 €
Extrait : I - Pendant la récréation « Jean, j'ai une bonne nouvelle à l'annoncer. — Une bonne nouvelle ! Laquelle, Ferdinand ? — Mon père, qui est obligé de se rendre à Madagascar pour ses affaires, m'a dit qu'il profiterait des vacances pour te conduire à Tamatave. — Oh ! Je serai bien content d'être avec lui pour ce voyage ! — Mais ce n'est pas tout… — Dis-moi vite ce que tu sais. — Il m'emmène avec lui pour passer deux mois dans ta famille et il nous ramènera ensemble à Paris. — Voilà qui est parfait ! Rien ne pouvait me causer un plus grand plaisir, mon cher Ferdinand. Quel bonheur, passer deux mois ensemble dans mon pays, où j'aurai tant de choses à te montrer ! — Il y a longtemps aussi, cher Jen, que je désire connaître cette grande île dont tu me parles si souvent et que tu me dis si belle et si curieuse !…

N° 680 - Pantagruel (Yvonne Girault)

5,90 €
Extrait : Enfance de Pantagruel Beaucoup d'entre vous, mes chers petits amis, se souviennent certainement des aventures du géant Gargantua, telles que Rabelais nous les a racontées autrefois. Se souviennent-ils aussi que nous leur avions promis la suite de ces aventures, l'histoire du géant Pantagruel, fils de Gargantua ? C'est cette histoire que nous allons leur conter aujourd'hui. Or donc, Gargantua avait épousé la princesse Badbec, fille du roi des Argonautes. Et il advint en ce temps-là une sécheresse si extraordinaire, qu'il s'écoula trente-six mois, trois semaines, quatre jours, treize heures (et quelque peu davantage) sans pluie, avec une chaleur si véhémente que toutes les rivières étaient taries et que tous les animaux des champs mouraient de soif. Ce pourquoi, quand son fils naquit, Gargantua lui donna pour nom Pantagruel, ce qui signifie « le très altéré ». En venant au monde, Pantagruel coûta la vie à sa mère, la reine Badbec. Aussi Gargantua ne savait s'il devait pleurer la mort de sa femme, ou se réjouir du fils qui lui était né, si beau et si grand ; en sorte, dit la légende, qu'il prit le parti de rire d'un oeil et de pleurer de l'autre…

N° 187 - Les fils de nos poilus (Charles Guyon)

5,90 €
11 Gravures Préface  : L'histoire des hauts faits accomplis par les enfants et par les jeunes soldats français est inépuisable ; inépuisable aussi est la liste de leurs gestes patriotiques. L'exemple de nos vaillants poilus a excité l'ardeur de leurs fils ; tous s'efforcent de marcher sur les traces de leurs pères et de leurs frères aînés. Ils ont obéi à ces beaux vers de Rouget de l'Isle qu'ils chantent dès l'enfance : Nous entrerons dans la carrière, Quand nos aînés n'y seront plus. Et souvent ils sont entrés dans la carrière sans attendre la mort de leurs aînés ; et souvent ils combattent à leur côté, émerveillant les anciens par leur mépris du danger, leur vaillance, leur dévouement et leur abnégation. D'autres, plus jeunes, incapables de porter les armes, savent encore se rendre utiles à la patrie. Quelques lettres qu'on pourra lire ici montrent quels sentiments de patriotisme, sublimes et touchants, animent les petits garçons et les petites filles de nos écoles. Leur pensée se reporte vers ceux qui luttent sur le front pour la sauvegarde et l'honneur de la patrie et cette pensée leur inspire ce dévouement merveilleux dont, à aucune autre époque de l'histoire, la jeunesse n'a donné l'exemple. En conserver quelques traits, les graver dans la mémoire de tous les Français, est une oeuvre des plus utiles.

N° 526 - La glorieuse découverte d'un jeune peintre (Charles Guyon)

2,90 €
Préface  : Jusqu'au XIV siècle, la peinture s'exécutait à la détrempe, c'est-à-dire que les couleurs étaient délayées avec du banc d'oeuf et de la gomme ; le tableau était en suite verni, mais ce genre de peinture ne durait pas : la pluie, le soleil, le temps même la détruisaient, c'est pourquoi on a pu conserver si peu de chefs-d'oeuvre de l'antiquité. Un jeune peintre flamand, Jean Van Eyck, surnommé aussi Jean de Bruges, arriva, après bien des études et des travaux infructueux, à trouver la peinture à l'huile. Les huiles de lin, de noix, etc., qu'il employa, se mêlaient mieux aux couleurs que la gomme ou le blanc d'oeuf, et séchaient plus rapidement. Cette merveilleuse découverte transforma l'art de la peinture et permit de créer les chefs-d'oeuvre qui font aujourd'hui notre admiration. C'est la vie de Jean Van Eyck que nous racontons à nos jeune lecteurs.

N° 571 - Aventures chez les Patagons (Charles Guyon)

9,90 €
Extrait : Le navire français, Le-Rapide , avait quitté le port de Buenos-Ayres, il y a quelques années, pour se rendre au Chili par le détroit de Magellan. Il transportait des colons qui allaient tenter fortune dans mes mines de ce pays. Parmi les passagers, se trouvaient deux jeunes Français qui s'étaient connus à Paris et que liait une étroite amitié : c'étaient Pierre Legoffic, ingénieur des mines, qu'une riche compagnie du nord de la France envoyait à Valparaiso pour étudier particulièrement les mines de cuivre. Son compagnon, Paul Normand, représentait une importante maison de commerce de Paris, et il allait sur les côtes de la Patagonie recueillir les riches fourrures qui s'y trouvent en abondance. « C'est une heureuse chance de nous être retrouvés sur ce navire, dit Legoffic. — J'en suis très content, répondit Paul Normand, c'est un vrai plaisir de voyager avec un ami dans des parages si lointains. Est-ce que vous allez au Chili ? »…

N° 193 - Les drames de la piraterie (Charles Guyon)

8,00 €
12 Gravures Préface  : Les actes commis sur mer par les Allemands, en violation du droit des gens sont innombrables. Ils ont, à plusieurs reprises, excité l'indignation du monde entier et failli amener la guerre entre les États-Unis et l'Allemagne. Celle-ci, devant la réprobation générale et, dans la crainte de voir un ennemi de plus se joindre aux Alliés, avait promis, l'année dernière, de respecter la vie des passagers et de ne plus torpiller les paquebots et navires marchands, sans avertissement préalable. Mais il en a été de cette promesse comme de beaucoup d'autres et les sous-marins allemands n'ont cessé de poursuivre leur oeuvre criminelle. L'histoire conservera, comme une honte pour une nation qui se prétend civilisée, les noms du Lusitania, de l'Arabic, de l'Hespérian, de la Ville-de-la-Ciotat, du Persia, de la Provence-II, du Sussex et de beaucoup d'autres navires qui ont péri avec une partie de leurs passagers, avec des femmes et des enfants que devaient protéger, à défaut de toute humanité, les règles internationales de la marine. Nous avons voulu mettre sous les yeux de nos petits lecteurs quelques-uns de ces drames, parce qu'ils y trouveront des leçons admirables de courage et de sang-froid, non seulement parmi les officiers et les marins des navires attaqués, mais aussi parmi les plus humbles victimes de cette odieuse piraterie.

N° 169 - Les canadiens héroïques (Charles Guyon)

5,90 €
15 Gravures Préface  : Pourquoi la vaillante armée canadienne combat-elle à côté des troupes alliées ? Parce que le Canada est une colonie anglaise. Il appartenait jadis à la France. Les habitants, loyaux sujets britanniques, ont conservé dans leur coeur le souvenir de leur première patrie et beaucoup d'entre eux parlent encore la langue française. Le Canada ou Dominion du Canada est situé dans l'Amérique du Nord. Sa population est de 5 millions d'habitants, Français, Anglais, Irlandais, Écossais, Indiens, etc. Les Français forment le plus grand nombre, 1.500.000. Le Canada, à part deux chaînes de montagnes, est un pays composé de plaines où s'étendent de nombreux et grands lacs ; il est arrosé par de beaux fleuves, dont le Saint-Laurent est le principal (12 kilomètres de largeur à Québec). Autrefois ce pays était couvert de Peaux-Rouges qui ont lutté longtemps contre l'invasion européenne. Aujourd'hui on ne voit plus guère que quelques tribus, comme les Iroquois, les Hurons, etc. Parmi les villes les plus importantes, on remarque Québec, Montréal, Ottawa, la capitale, Toronto, Halifax, etc. Ce noble pays, dévoué à l'Angleterre et à la France, non seulement nous a envoyé ses meilleurs soldats pour combattre l'ennemi de la civillisation, mais il a fondé aussi des hôpitaux et prouvé, par ses dons généreux, que la France lui est toujours chère.

N° 161 - Nos braves toutous à la guerre (Charles Guyon)

2,90 €
15 Gravures Extrait : Le chien, fidèle ami de l'homme, a déjà rendu, pendant la guerre, de grands services à notre armée et à l'armée belge. Quand les familles belges fuyaient devant l'invasion allemande, les chiens tiraient leurs petites charrettes chargées de linge et de provisions, où les femmes s'asseyaient avec les petits enfants. Plus tard, ils furent attelés aux mitrailleuses, et, au milieu des combats, sous les obus et les balles, ils passaient par des chemins étroits et pénibles où les chevaux n'auraient pu servir…

N° 199 - Verdun ville immortelle (Charles Guyon)

8,00 €
11 Gravures Préface  : S'il est une ville dont le nom est devenu célèbre dans le monde entier, c'est Verdun, l'héroïque forteresse qui, depuis de longs mois, soutient un siège sans exemple dans l'histoire des peuples. Tous nos jeunes lecteurs connaissent cette ville qui se trouve dans le département de la Meuse, sur les bords de ce fleuve, comme tant d'autres cités où nos armées ont aussi combattu les Allemands : Mézières, Namur, Liège. Verdun, déjà célèbre à l'époque romaine, est une forteresse de premier ordre ; sentinelle placée sur la route de Metz à Paris, elle défend à la fois la Woëvre et les passages de l'Argonne. Elle est entourée de plusieurs forts, tels que ceux de Tavannes, Souville, Vaux, Douamont, Belleville, etc., sans compter de nombreuses redoutes et des ouvrages détachés. Le kronprinz avait juré de prendre Verdun ; il a lancé contre la forteresse des masses sans cesse renouvelées de ses plus braves soldats ; il a écrasé la ville sous une pluie de feu, mais tous ses efforts ont été inutiles. L'énergie indomptable, le courage héroïque des défenseurs de la vieille cité lorraine, ont arrêté l'ennemi. Verdun est couvert de ruines, mais le drapeau tricolore flotte toujours sur sa citadelle. Nos jeunes lecteurs aimeront à connaître quelques épisodes de ce siège merveilleux.

N° 155 - Nos amis les anglais pendant la guerre (Charles Guyon)

3,90 €
15 Gravures Préface  : Les Iles-Britanniques comprennent la Grande-Bretagne et l'Irlande. La Grande-Bretagne, qui est l'île principale, renferme l'Angleterre et l'Écosse. L'Irlande est une île située à l'ouest et séparée par un canal. On dit souvent l'Angleterre pour désigner l'ensemble de ces pays, réunis sous l'autorité d'un même roi, ou bien, ce qui est mieux : le Royaume-Uni. L'Angleterre est située au nord de la France dont elle est séparée par la Manche et le Pas de Calais. C'est une contrée où l'agriculture est très florissante, mais dont les mines, l'industrie et le commerce forment surtout la véritable richesse. Le pays est très bien arrosé par des canaux et par des fleuves courts, mais larges, comme la Tamise qui passe à Londres, la Severn, la Mersey, la Clyde. Ces cours d'eau sortent des monts Cambriens, à l'ouest, de la chaîne Pennine, au centre, des monts Cheviots et Grampians, en Écosse. Le climat est très pluvieux, mais assez doux. On admire dans le Royaume-Uni des villes très importantes telles que Londres, la capitale, qui compte près de cinq millions d'habitants, Portsmouth, Plymouth, Bristol, Liverpool, ports très commerçants ; Manchester, Birmingham, grandes cités industrielles. Citons aussi Edimbourg, Glasgow, en Écosse ; Dublin et Belfast, en Irlande. La marine anglaise est la plus puissante du monde et ses colonies sont les plus vastes. Les principales sont : l'Inde, le Sud-Africain, l'Australie, le Canada, mais les Anglais ont d'autres possessions et des postes dans toutes les parties du monde. Notre alliée est très riche et très puissante et possède plus de 38 millions d'habitants.

N° 507 - Un petit athénien sous Périclès (Charles Guyon)

4,50 €
Préface : A l'époque de Périclès, Athènes avait atteint son plus haut degré de prospérité. Les arts, les lettres et les sciences étaient florissants. Les écoles nombreuses étaient dirigées par des philosophes célèbres, tels qu'Anaxagore et Socrate. Sophocle, Euripide, Aristophane illustraient la poésie et le théâtre. Antiphon et Lysias brillaient par leur éloquence à la tribune publique ; Hérodote et Thucydide racontaient les hauts faits de la Grèce ; Méton faisait connaître l'astronomie ; Hippocrate créait la médecine. La ville se couvrait de monuments merveilleux ornés par l'immortel sculpteur Phidias et pr les peintres admirables Apollodore, Zeuxis, Polygnote, Parrhasios. Les enfants vivaient donc dans un milieu propre à développer chez eux le goût des arts et des belles-lettres. Leur éducation dans les écoles et les gymnases en faisait des citoyens policés, avec cet esprit fin et délicat, ce langage élégant qui les distinguait des autres Grecs. La vie des enfants à Athènes était, d'ailleurs, fort heureuse et se partageait entre les études qu'on ne poussait jamais trop loin, et les jeux qui égayaient leur jeunesse. C'est grâce à tous les renseignements des auteurs anciens, que nous avons pu exposer ici à nos jeunes lecteurs la vie des petits Athéniens.

N° 203 - Les exilés de la guerre (Charles Guyon)

4,95 €
12 gravures Préface  : Après avoir fait à nos petits lecteurs le récits de nombreux épisodes de la guerre ; après leur avoir exposé les actes héroïques des enfants de France et de nos poilus ; après les avoir conduits sur les champs de bataille anglais, russes, serbes, italiens, nous racontons aujourd'hui la triste odyssée d'une famille française, obligée de fuir loin de sa demeure incendiée et détruite par les Allemands. Le courage et la résignation de ces bons Français qui, du jour au lendemain, passent d'une situation paisible, heureuse, presque fortunée, à une vie de privations et de dénuement, sont une grande leçon de morale et de vertu civique. Cette pauvre mère qui, malgré sa santé chancelante, après quelques crises de désespoir, conduit son jeune fils à l'armée ; ce grand-père qui conserve toute sa confiance dans l'avenir et soutient le courage des siens ; ce garçon de seize ans qui montre le plus grand sang-froid dans le danger ; ces petits enfants qui souffrent sans jamais se plaindre seront pour nos jeunes lecteurs un exemple de noble patriorisme et d'énergie morale qui ne laissera pas leur coeur indifférent.

N° 201 - Le lion contre l'aigle (Charles Guyon)

4,95 €
12 Gravures Le lion contre l'aigle (Belges et Allemands) Extrait : Le capitaine de lanciers belges, Pierre Jordaens, était un brave Flamand des environs de Bruges. Il avait pris part à toutes les bataille de Belgique, depuis le siège de Liège jusqu'aux luttes gigantesques de l'Yser. Blessé grièvement près de Dixmude, il avait été amputé de la jambe gauche et s'était retiré, avec sa famille, dans un faubourg du Havre, devenu une petite Belgique. Le glorieux mutilé vivait là dans une modeste villa, située sur le bord de la mer. Entouré de ses enfants Pierre, Jean et Louise, âgés de sept, neuf et douze ans, il leur racontait les plus beaux épisodes de la guerre belge. Son jeune auditoire, augmenté souvent de quelques amis, avait déjà entendu plusieurs fois les mêmes récits, mais il ne se lassait point et, chaque jour, c'étaient de nouvelles demandes. « Cher papa, raconte-nous encore les exploits de nos soldats », cela nous fait tant plaisir…

N° 145 - Le petit écolier persan : 1re partie (Charles Guyon)

9,90 €
14 Gravures Tous nos petits lecteurs ont entendu parler de la Perse ou Iran, ce royaume d'Asie qui a été si célèbre dans l'antiquité, et qui évoque les souvenirs de grands princes tels que Cyrus, Darius et Xerxès. L perse est baignée, au nord, par la mer Caspienne ; au sud, par le golfe persique et l'océan Indien. Elle touche, à l'ouest, à la Turquie et, à l'est, elle a pour voisins les Afghans et les Béloutchis. Les Russes ont étendu leur empire jusqu'aux frontières de la Perse, des deux côtés de la mer Caspienne. Ce pays est divisé en plusieurs provinces et gouverné par un roi qui porte le nom de Schah. C'est un plateau élevé, au climat très sec et chaud, en général, excepté au nord et dans les régions montagneuses où les pluies sont fréquentes et où il neige même, en hiver. On y trouve de hautes montagnes, comme le massif de l'Elvend et les monts Elbourz que domine le pic Démavend.

N° 146 - Le petit écolier persan - Fin (Charles Guyon)

9,90 €
14 Gravures Extrait : I - LA FETE DES ECOLIERS Le mollah Séfy, ami de Hasan, s'était rencontré plusieurs fois avec nous, chez celui-ci. Il avait un fils nommé Mousa, âgé de 8 ans, camarade d'école des jeunes Saadi et Mohammed. Séfy vint, un jour, me trouver dans la maison que j'occupais sur l'venue Chiavan-Dowlet. « Monsieur, me dit-il, nous célébrons demain deux fêtes de famille. D'abord, mon fils Mousa a terminé la première partie de ses études ; il va commencer à écrire le Coran : c'est pour nous un jour béni. De plus, je dois aujourd'hui célébrer la naissance d'un autre enfant et lui donner un nom. Nous avons placé ces deux cérémonies le même jour, pour réunir tous nos amis. Le mollah Hasan et M. Mollien, avec leurs fils, seront mes hôtes, et ce sera un grand honneur que vous nous ferez en acceptant mon invitation. » C'était une excellente occasion pour moi d'étudier les moeurs persanes ; aussi je n'eux pas d'hésitation…

N° 191 - Scènes de l'invasion boche (Charles Guyon)

9,90 €
11 Gravures Préface  : Il ne faut pas que les enfants, après cette longue et terrible guerre, oublient l'invasion de leur pays par les hordes allemandes et les scènes douloureuses qui se sont déroulées dans nos départements envahis. L'orgueil et l'insolence des Teutons, les populations chassées de leurs villages ou emmenées en exil, les maisons, les monuments publics, les églises, incendiés d'une façon systématique, laisseront une trace ineffaçable dans le coeur des Français. D'un autre côté, la fermeté, le courage, le sang-froid dont les habitants des villes et des campagnes ont fait preuve, l'énergie des maires et de toutes les autorités qui ont défendus les intérêts des populations contre les exigences allemandes, le spectacle admirable d'un peuple que rien n'abat, resteront comme un consolation au milieu du désastre de nos cités. C'est une page de gloire qui trouvera sa place à côté du récit de nos brillantes victoires de la Marne, de l'Yser et de l'Argonne. Nos jeunes lecteurs y puiseront des leçons d'énergie morale, et chacune de ces pages leur dira : N'oublions jamais, n'oublions rien.

N° 133 - Contes des Vosges (Charles Guyon)

5,90 €
17 Gravures Extrait : Il existait autrefois un prince excellent nommé Heinrich, qui régnait sur une des villes les plus puissantes des bords du Rhin. Il était aimé de tous ses sujets pour son esprit juste et bon, son humeur toujours joyeuse et son courage indomptable. Cependant, il avait un défaut qui lui faisait commettre de grosses bévues, lesquelles, il est vrai, ne causaient aucun préjudice à son peuple, mais souvent étaient fort désagréables pour le pauvre prince. Il était d'une crédulité extrême, et ses courtisans pouvaient lui raconter des histoires les plus invraisemblables, sans crainte d'être accusés de mensonge…

N° 175 - Les Héros des Dardanelles (Charles Guyon)

5,90 €
14 Gravures Préface  : Les Turcs ou Ottomans ne possèdent plus qu'une très petite partie des pays qu'ils occupaient en Europe. Peu à peu, les Grecs, les Serbes et les Bulgares ont diminué leur empire et celui-ci s'étend surtout en Asie. Cependant, avec Constantinople et Andrinople, les Dardanelles, la Mer de Marmara et le Bosphore, la Turquie conserve encore, dans l'Europe méridionale, une région riche et puissante. Constantinople, leur capitale, compte un million d'habitants ; elle est merveilleusement située, à la fois sur la mer de Marmara et le Bosphore qui conduit à la Mer Noire. Le canal des Dardanelles est un détroit tortueux, long de 67 kilomètres et d'une largeur qui va de 1 400 mètres à 7 600 mètres. On l'appelle aussi détroit de Gallipoli à cause de la presqu'île qui le sépare, au Nord, de la mer Égée et du golfe de Saros. Cette presqu'île, où se battent nos braves soldats, est large en moyenne d'une dizaine de kilomètres, mais l'isthme de Boulaïr, qui la réunit au continent, n'a que 4 kilomètres de largeur. Elle est rocheuse et escarpée, défendue par de nombreux forts qui couvent ses hauteurs. Nos petits lecteurs ont déjà entendu citer ceux de Sebdul-Bahr, de Koum-Kaleh, à l'entrée du détroit, où s'est fait le débarquement des troupes alliées.
close Shopping Cart

Nouveau compte S'inscrire