Les livres parus aux éditions GAUTIER-LANGUEREAU

Les éditions GAUTIER-LANGUEREAU (1885-1989) sont depuis 1989 un département de la société Hachette Livre

Il y a 8 produits.

Affichage 1-8 de 8 article(s)
Les hiboux des Roches-Rouges (Delly) - Editions Gautier-Languereau
  • Nouveau

Les hiboux des Roches-Rouges (Delly)

3,75 €
Un soir de neige, une petite fille est recueillie par le baron de Vaumeyran au seuil de sa demeure ; on l'appelle Hermine. Lorsqu'après ses années de pension, Hermine, 18 ans, revient aux Roches-Rouges, elle trouve au château une étrange et inquiétante atmosphère. Quel mystère pèse sur cette demeure ? Quels sont les cris tragiques, entendus un soir, qui ont glacé d'effroi la jeune fille ? Si Hermine réussit à élucider ce mystère, la connaissance d'un secret dramatique ne l'empêchera-t-elle pas de s'unir à celui qu'elle aime ?
La marguerite s'effeuilla (Berthe Bernage) - Editions Gautier-Languereau
  • Nouveau

La marguerite s'effeuilla (Berthe Bernage)

12,00 €
Homme à principes, le Dr Lefort a décidé que ses filles, Reine-Marguerite, Rose-Thérèse, Marie-Violette, se marieraient par rang d'âge, l'aînée avec un jeune médecin qui prendrait la succession du docteur, remplaçant ainsi le fils que celui-ci n'a pas eu de sa femme Suzanne ; jadis, Suzanne a été mariée dans les mêmes conditions, alors qu'elle aimait un jeune officier de marine ; elle est torturée par la jalousie rétrospective de son mari et craint pour sa fille un sort identique ; tout semble s'arranger quand revient au pays breton Michel Abran, ami d'enfance des demoiselles Lefort et médecin colonial ; la beauté, l'intelligence de Reine-Marguerite, l'admiration pour le Dr Lefort et… l'attrait d'une clientèle toute faite, déterminent Michel à épouser Reine-Marguerite qui l'aimait en secret. Ils vont se marier, quand un affreux accident laisse Reine-Marguerite défigurée, infirme. Loyalement, elle rend sa parole à Michel. Situation torturante pour les jeunes gens qui s'aiment et pour le Dr Lefort qui sent décliner sa santé ; ses malades, ses recherches vont-ils se trouver abandonnés après sa mort, puisque Reine-Marguerite ne peut plus épouser Michel et que celui-ci refuse d'épouser une autre des filles Lefort ? Le docteur va mourir, révolté contre Dieu, quand, dans un sursaut d'amour filial, Reine-Marguerite et Marie-Violette décident un échange ; c'est la petite soeur qui demandera Michel en mariage et devant le mourant apaisé tous deux échangent leur foi.
Nous t'aimerons toujours, Petit-Ours ! (Ursel Scheffler, Ulises Wensell) - Tu me lis une histoire ? - Gautier Languereau
  • Nouveau

Nous t'aimerons toujours, Petit-Ours ! (Ursel Scheffler, Ulises Wensell)

2,74 €
La pluie, c'est super pour s'amuser ! Mais quand Petit-Ours fait tomber Petite-Soeur, Par Ours et Maman Ours sont très fâchés. Petit-Ours est triste et inquiet : et si personne ne l'aimait plus jamais ? Tu me lis une histoire ? : La collection de poche des 3-6 ans.
Folie de sages (Delly) - Editions Gautier-Languereau
  • Nouveau

Folie de sages (Delly)

3,75 €
« Aimer, c'est souffrir. Je ne veux pas souffrir, donc je n'aimerai pas. » Telle est la détermination que prennent, chacun de leur côté, Sylvie d'Arbouze et Nigel Ogerlof. Mais qui osera faire la loi au destin ? Les voilà en présence. Elle est jolie, malheureuse parce qu'elle est orpheline et dans une situation humiliante. Nigel, doué d'un remarquable talent de violoniste, entend par hasard les sons d'un piano. Il reconnaît Chant d'exil, pièce de sa composition. C'est Sylvie qui joue. Il en fait son accompagnatrice, puis sa femme…
Le roman d'Elisabeth T3 : Jeunesse (Berthe Bernage) - Editions Gautier-Languereau
  • Nouveau

Le roman d'Elisabeth T3 : Jeunesse (Berthe Bernage)

12,00 €
Alors qu'Elisabeth espérait de belles vacances familiales chez la grand-mère de ses amis Mort-Léandre, sa belle-mère, Jeanine, décide de conduire toute la famille Morlainville en Savoie où, dans l'ambiance d'une villégiature mondaine, Elisabeth pourra trouver un époux selon le coeur de sa frivole belle-mère. Hugues Lesoir ferait parfaitement l'affaire, mais Elisabeth veut rester fidèle à Florent Morot-Léandre. Pourtant, ce rêve sera-t-il réalisable ? Phanette, la demi-soeur d'Elisabeth, mariée par amour du luxe à un trop vieil époux, entend se libérer par un divorce et M. Mort-Léandre n'alliera pas sa famille à celle d'une divorcée. La guerre aussi rôde en cet été 1938 et il semble que tout s'écroule autour des pauvres petits amoureux. Cependant, stimulé par l'exemple de l'humble Rose qui préfère la misère au déshonneur, Jean Morlainville décide de sacrifier sa gloire au bonheur de ses enfants : il détruit une pièce qui allait lui donner le succès en glorifiant le divorce. La douceur d'Elisabeth, la loyauté de Jean aident Stéphanette à surmonter la tentation ; les âmes se tirent l'une l'autre vers l'idéal ; la maladie, puis la mort de la dévouée Mariette rassemblent jeunes filles et jeunes femmes dans un élan de dévouement. Et du moins les coeurs battent à l'unisson quand, peu après les fiançailles d'Elisabeth et de Laurent le Saint-Cyrien, survient la grande inconnue : la Guerre. Séparés, mais unis par la pensée, Elisabeth et Florent jurent de consacrer leur jeunesse à la France meurtrie.
Brigitte et la tentation de Roseline (Berthe Bernage) - Editions Gautier-Languereau
  • Nouveau

Brigitte et la tentation de Roseline (Berthe Bernage)

5,90 €
« Du bonheur des autres faire mon bonheur » : programme de Brigitte depuis sa jeunesse. Mais ce bonheur des autres se trouve si souvent compromis par leur faute ! Entre Dany et Roseline, couple heureux, un grave différend s'est élevé. Attirée, fêtée dans un milieu étranger où l'a introduite son amie hindoue, Mme Agrah, la jeune femme est vivement tentée de revendiquer son indépendance pour vivre en artiste, voyager, peindre, se libérer des sujétions de l'existence familiale. Dany, irrité, jaloux, ne lui accorde ni indulgence ni patience, et le malentendu s'accentue chaque jour, provoquant des querelles où aucun ne veut reconnaître ses torts et essayer de comprendre l'autre. Roseline s'obstine et décide, malgré l'opposition formelle de Dany, de partir pour les Indes où on lui offre de travailler, comme son père doit le faire, à la décoration de l'asile très moderne que fonde Mme Agrah, en faveur de l'enfance malheureuse. Dany n'est pas seul à redouter l'exécution d'un tel projet. Les enfants pressentent le départ de leur jolie maman. Et chacun de réagir à sa manière, Hugues avec toute la fougue de sa nature, violente et passionnée, tandis que la tendre Véronique observe et souffre en silence. Elle souffre tant du désaccord de ses parents et des menaces de l'avenir qu'elle tombe gravement malade. « Si je meurs, maman renoncerait peut-être ? » Dans son délire, la petite fille exprime cette idée devant ses parents bouleversés. Quels pourront être alors les sentiments de Roseline qui se sent coupable ? de Dany qui l'accuse ? Véronique mourra-t-elle ? Roseline restera-t-elle au foyer ? Tout le livre est axé sur ce problème des responsabilités personnelles et familiales des parents désunis. Brigitte, arrivée à l'âge de la sagesse, discerne les torts de chacun et cherche à ramener la paix. Mais elle se sent d'autant plus anxieuse au milieu de ces difficultés qu'Olivier va lui-même partir pour les Indes, la laissant seule avec Marie-Agnès. Plus que jamais, Brigitte doit être l'âme du cercle familial, et toutes les deux des donneuses d'espérance.
Le roman d'Elisabeth T6 : Espérance (Berthe Bernage) - Editions Gautier-Languereau
  • Nouveau

Le roman d'Elisabeth T6 : Espérance (Berthe Bernage)

12,00 €
Après de très longues fiançailles, Elisabeth Morlainville va enfin épouser Florent Morot-Léandre qui revient de captivité ; de lourdes épreuves ont marqué les années de guerre : Jeanine, la frivole mais gentille belle-mère d'Elisabeth, est morte dans un bombardement ; sa fille Stéphanette et ses petits-enfants n'ont échappé que de justesse au même sort ; Jean Morlainville, le fonctionnaire poète, reste inconsolable de cette femme adorée. Chez les Morot-Léandre, la Libération ramène les cinq enfants si longtemps dispersés : Florent, Solange et Noëlle infirmières, Catherine, éprise du vieux musicien Stéphane Grégoire, la petite Denise, douceur du foyer, qui aime en secret Jean-Luc, le séduisant et turbulent frère d'Elisabeth. L'espérance renaît ; mais la guerre continue : Laurent, Jean-Luc, Sylvain, le beau-frère d'Elisabeth, rejoignent l'armée Leclerc. Et voici que fin décembre, alors que le mariage d'Elisabeth et de Laurent va être célébré, l'offensive ennemie jette de nouveau les coeurs dans la consternation ; Elisabeth se révolte, mais Solange, la future religieuse, lui rend courage, et aussi l'exemple de l'humble Rose. Elisabeth se console en pensant aux autres : son père si affligé, son ancien professeur, Agnès, qui se meurt, d'autres encore qu'elle élève vers Dieu par son propre sacrifice. Appuyés les uns sur les autres, ces Français marchent vers le renouveau ; le printemps de 1945 sera-t-il heureux pour tout ce petit groupe courageux ? Apportera-t-il la solution de tant de problèmes ? Berthe Bernage nous le dira enfin avec toute sa ferveur habituelle, son talent simple et chargé de spiritualité.
Le roman d'Elisabeth T1 : Le matin d'un beau jour (Berthe Bernage) - Editions Gautier-Languereau
  • Nouveau

Le roman d'Elisabeth T1 : Le matin d'un beau jour (Berthe Bernage)

12,00 €
Elisabeth Morlainville, Liseron, pour ses camarades de sanatorium, revient guérie au foyer paternel ; ses quinze ans vont subir de rudes déceptions ; fini le mirage qui lui montrait « la maison » comme un paradis ; seules, la vielle servante Mariette, qui l'a élevée, et sa demi-soeur Thérèse restent pareilles aux souvenirs d'Elisabeth ; les autres : son père, Jean, fonctionnaire terne et mélancolique, Jeanine, l'aimable mais superficielle belle-mère, Phanette, fille, comme Thérèse, d'un premier mariage de Jeanine, et Jean-Luc, le petit frère, sont déconcertants ; un indéfinissable malentendu sépare M. et Mme Morlainville, Phanette est égoïste, Jean-Luc insupportable. Soutenue par le souvenir de Pierre Jacquelin, son professeur au sana — âme de feu dans un corps promis à une fin prématurée — Elisabeth entreprend de rendre la joie aux siens. Et peu à peu, elle découvre d'étranges et douloureux secrets : sa mère, Colette, est morte de chagrin, mal aimée par Jean qui n'a jamais eu d'autre tendresse que Jeanine, et celle-ci, qui jadis dédaigna Morlainville, ne l'a épousé que pour élever les filles de son premier mari ; Jean se console de son échec sentimental en écrivant secrètement de très beaux vers ; Phanette tente de détourner le fiancé de sa soeur, la douce Thérèse ; Jean-Luc, trop gâté, fait l'école buissonnière ; autant de lourds fardeaux pour Elisabeth qui souffre de la peine des autres et parvient elle-même difficilement, après la paix des montagnes, à se réadapter au courant fiévreux de l'existence. Elle parviendra pourtant, par son renoncement, à dissiper les nuages et jeter dans les coeurs la semence d'une vie plus chrétienne qui peut faire espérer « un beau jour ».
close Shopping Cart

Nouveau compte S'inscrire